faut-il garder son assurance-vie en 2021 ?

Avec des taux de rendements au plus bas, que faire de son contrat d’assurance vie ?

Moments de vie

PAR moments de vie

Aujourd’hui, plus de 53% des Français détiennent un contrat d’assurance-vie ce qui en fait le produit d’épargne préféré hors les livrets défiscalisés tel que le livret A, livret développement durable ou Plan épargne logement (PEL). Selon les chiffres de la Fédération française de l’assurance, l’encours des contrats d’assurance-vie s’élevait à 1.789 milliards d’euros fin janvier 2020.

Quels sont les caractéristiques d’un contrat d’assurance vie qui a fait son succès ?

L’assurance a vie est une enveloppement fiscale au même titre que les plan d’épargne action et compte-titre. Cependant contrairement à ces produits bancaires, l’assurance vie bénéficie d’un régime spécifique en matière de transmission : les sommes versées aux bénéficiaires du contrat lors du décès de l’assuré le sont hors droit de succession. Les sommes sont transmises sans impôt au bénéficiaire sous le plafond de 152 500 € par personne, lorsqu’elles sont issues de primes versées par le souscripteur avant ses 70 ans.

Le contrat d’assurance vie permet de désigner les bénéficiaires qui percevront le capital décès. Pour transmettre ses biens dans les meilleures conditions, la rédaction de la clause bénéficiaire doit faire l’objet du plus grand soin et doit être révisée en cas d’évolution de la situation familiale ou patrimoniale, afin de vérifier qu’elle est toujours adaptée.

L’assurance vie peut également être complété de garanties de prévoyance permettent en cas de décès de régler aux bénéficiaires désignés le capital constitué sur le contrat lors de la prise d’effet de la garantie choisie et ainsi apporter une couche supplémentaire de protection des proches.

L’assurance vie est aussi un produit simple notamment grâce aux fonds euros

Contrairement aux produits de plan épargne logement, Il n’y a aucune contraite de versements dans un contrats d’assurance vie. C’est l’assuré qui pilote la périodicité et le montant des versements. L’épargne consituté reste disponible en cas de besoin car le contrat peut être racheter sans aucune condition. La rentabilité de l’enveloppe dépendra sur des supports sous-jacents dans lequel votre épargne est investis qui se nomme allocation d’actifs. 

Vous trouverez plus de détails sur les caractéristiques de l’allocation d’actifs dans un prochain article. N’hésitez pas à vous inscrire pour recevoir les dernières informations.

Newsletter

Recevez nos meilleurs articles une fois par mois, dans votre boite mail. Promis, garantie sans spam.

Pour simplifier, le contrat d’assurance vie multi-supports (le plus commercialisé aujourd’hui) est composé de deux types deux supports : le fond euros et l’unité de compte. 

Le fonds euro est un support financier sécurisé sur lequel le souscripteur d’un contrat d’assurance vie peut investir son épargne. Il offre en outre un effet cliquet : chaque année, les intérêts ou participation aux bénéfices sont définitivement acquis et s’ajoutent au capital garanti. Un contrat peut proposer un voire plusieurs fonds en euros. C’est l’assureur du contrat qui est en charge d’investir et de gérer la collecte mutualisée des épargnants.

Dans un contrats multi-supports, vous pouvez investir dans des unités de compte. Les unités de compte sont des supports financiers tels que les fonds actions, fonds obligataires, fonds patrimoniaux et de plus en plus de fonds alternatifs tels ques les supports immobiliers (SCI, OPCI, SCPI), fonds de dettes privés ou private equity. Contrairement aux fonds en euros, les unités de compte comportent un risque de perte en capital. Cela signifie que vous pouvez perdre votre épargne, et être en moins-value. En contrepartie du risque encouru, les unités de compte affichent un potentiel de rendement plus élevé que les fonds en euros sur le long terme.

Les fonds euros en danger ?

La garantie du capital des fonds en euros contraint les assureurs à investir plus de 80% de leurs actifs en obligations. La chute des rendements obligataires entraîne immédiatement les rendements des assurés. Les assureurs contraignent de plus en plus la possibilité de réaliser des versements à 100% vers ces fonds.

Les taux de rendements moyen des fonds euros du marché ont beaucoup baissés ces dernières années passant de plus de 3% en 2011 à moins de 1,5% en 2020. 

D’autres assureurs accordent des bonus de rendement en fonction de la part d’unité de compte investis dans les contrats.

Cependant, la baisse des rendements ne signent pas pour autant la fin du fond euros. Il existe de nombreux moyens de dynamiser son contrat d’assurance notamment grâce aux unités de compte alternatifs. Pour répondre aux enjeux des épargnants, les assureurs ont largements diversifier leurs offres d’unité de compte. l’introduction de supports immobilier tel ques les SCPI permet d’apport un boost de rendement sur le long terme tout en profitant d’une fiscalité avantageuses à long terme. 

Par ailleurs, les nouveaux supports FIA, FCPR ont fait leurs apparitions dans les contrats d’assurance vie grâce à la loi PACTE. Ces supports d’unité de compte incluent des actifs de dettes privé ou de dette infrastruture qui permettent d’investir dans l’économie réel tel que les PME Française ou les énergies renouvelables. Les assureurs rendent accessibles ses offres initialement dédiées aux investisseurs institutionnels et facilitent la liquidités lors de rachat du contrat.

Pour répondre à la question du rachat de son contrat d’assurance vie, il faut avant tout se poser les questions des possibilités offertes par les assureurs pour dynamiser son contrat et des avantages fiscaux dejà acquis du contrat.

Contacts

Pour toute demande, veuillez envoyer un courriel à

Contact@momentsdevie.com