Le choix de la meilleure assurance vie est une décision importante. En effet, vous profiterez pleinement de son intérêt fiscal au bout de la huitième année après la date de souscription. Ils convient donc de bien choisir son contrat d'assurance et donc l'assureur. Découvrez ici ce qu'est une assurance-vie, pourquoi vous en avez besoin et comment choisir le bon contrat qui correspondra aux mieux à vos besoins.


Une assurance vie, à quoi ça sert exactement ?

Une assurance vie est un produit d’épargne à moyen et long terme qui sert à épargner et faire fructifier son capital, pour soi-même ou ses proches. À la fin du contrat, vous (ou, en cas de
décès du souscripteur, le ou les bénéficiaires que vous avez désignés) toucherez les sommes investies augmentées des gains éventuels et diminuées des frais.
Avec l'argent ainsi placé, vous pouvez choisir d'investir dans des fonds composés d'OPCVM, de trackers, de certificats, etc., ou bien de jouer la carte de la sécurité au détriment du rendement.
Pour autant, les contrats d'assurance-vie ne doivent pas être confondus avec les assurances décès, l'un étant un produit d'épargne, et l'autre un produit de prévoyance.

Lire aussi : Faut-il garder son assurance vie en 2021 ?

Revenons d'abord sur quelques concepts de l'assurance vie

L'assurance-vie est le placement financier préféré des Français ! l'assurance vie peut répondre à nombreux objectifs patrimoniaux de la retraite à la transmission en passant par la diversification du patrimoine. Le souscripteur d'un contrat peut se constituer un capital sur le long terme et profite d'une fiscalité allégée au bout de 8 ans. L'assuré peut réaliser un premier versement appelé versement initial puis réaliser autant de versement supplémentaire au contrat sans plafond de versement. C'est donc une enveloppe parfaite pour épargner, investir mais également transmettre. Lors de la souscription d'un contrat d'assurance, il faudra intégrer une clause bénéficiaire qui permettra à l'assureur en cas de décès du souscripteur de reverser le capital constitué aux bénéficiaires.

Où sont investis votre argent dans un contrat d'assurance vie ?

Il faut avant tout expliciter qu'il existe deux principaux types de contrats :

Les contrats mono-supports :

Tout d'abord, les contrats mono-support en euros, qui sont de moins en moins commercialisés. Comme son nom, l'indique ce type de contrat n'a qu'un seul support qui le fonds euro. Actuellement, le support "fond euro" concentre 80 % des actifs que les français détiennent au sein d'une assurance vie. Un fond euro est un portefeuille crée et cantonné par les assureurs, on parle parfois de "portefeuille générale". Le portefeuille est investi et géré par l'assureur pour le compte de leurs souscripteurs. L'assureur garantie le capital investis dans leur portefeuille général ce qui conduit l'assureur à principalement investir le capital des placements ne présentant aucun voir peu de risque : obligations d'État, obligations d'entreprises, etc.
La mutualisation des versements permet également à l'assureur d'investir de dédier une petite partie de ce capital sur des actifs plus risqués afin de bénéficier du dynamisme de certains marchés financier. L'objectif est de profiter de la diversification des actifs pour optimiser le profil rendement / risque et reverser un rendement supérieur au livret A.

Les contrats multi-supports et unités de compte :

Aujourd'hui, la plupart des contrats commercialisés sont dits "multi-support". Afin de permettre aux épargnants de diversifier leur épargne, les assureurs proposent d'investir en plus du fond euro sur des actifs financiers appelés supports en unités de compte (UC). Contrairement au fond euro, les unités de compte ne sont pas garanties en capital. De plus en plus d’assureurs modifient les conditions de leurs nouveaux contrats multi-supports afin que leurs clients se détournent du fonds euro au profit des unités de compte.

Ces unités de compte sont investies dans des parts de fonds composés d'actions, d'obligations, des parts de SCPI, et autres valeurs mobilières. C'est un contrat avantageux pour plusieurs raisons :

  • Le choix d'investissement : vous décidez où va votre argent,
  • La rentabilité potentielle : les gains et les plus-values réalisées peuvent être très intéressantes en comparaison d'un fonds euro,
  • La possibilité de déléguer une partie ou l'entièreté de la gestion de votre assurance vie.

Le succès du contrat d'assurance-vie est largement dû à sa simplicité, modularité et la liberté ce peut contenter tous les profils. Il n'est pas nécessaire d'être expert pour gérer son contrat d'assurance vie. Vous pourrez faire votre choix entre plusieurs modes de gestion :

  • En gestion libre, vous êtes seul à construire et gérer votre portefeuille, ce qui demande certaines connaissances et du temps à y consacrer.
  • En gestion profilée, un gestionnaire se charge de tout, selon votre appétence au risque et vos demandes.
  • Avec une gestion sous-mandat, la gestion entière est assurée par un gestionnaire.
  • En gestion pilotée, votre capital est réparti en fonds euros et en unités de compte selon votre appétence aux risques et l'horizon de placement.

La liberté en termes de versements :

  • Une fois votre épargne ouverte vous pouvez réaliser des versements réguliers ou non, vous êtes libre de gérer votre contrat comme bon vous semble.
  • Bonne nouvelle, vous n’avez pas de limite de montants, c’est sans doute ce qui plaît le plus et qui fait de ce produit le préféré des Français.
  • Vous avez la possibilité de clôturer votre assurance vie à tout moment même si nous vous conseillons de la garder ouverte pendant au moins huit ans.

Combien ça rapporte ?

En 2021, le rendement moyen de des fonds euros, toutes compagnies confondues, tourne autour de 1 à 1,10 %, nets de frais de gestion. Les rendements restent bien supérieurs à celui des autres produits à capital garanti tels que les [livrets d’épargne et PEL], notamment) qui ont des taux d'intérêt fixés à 0,50 %.

Cependant, l’environnement de taux d’intérêt bas contraint les assureurs à réduire le rendement de leurs fonds euro afin de préserver leurs réserver.

Voir : Les taux des fonds euros vont continuer de plonger

Quel sont les coûts d’un contrat d’assurance vie ?

L’assurance vie est connu pour la multiplication des couches de frais. Entre les frais d’entrée, de gestion et d’arbitrage, les frais peuvent très vite ponctionner les rendements :

Tout d’abords, les frais de gestion varient d’un contrat à l’autre. Ils sont en moyenne compris entre 0,6 % et 1 % du capital total constitué. Ces frais correspondent aux coûts de gestion du contrat mais également les frais du support entre unité de compte et fonds euro.

Ensuite, les frais d’arbitrage s’appliquent lorsque vous modifiez votre allocation des supports dans lesquels vous avez investi. Ils s’élèvent entre 0 et 1 % du montant arbitrés.
Enfin, les contrats peuvent également inclure des frais sur versement, appelés aussi frais d’entrée, sont prélevés à l’ouverture du contrat, à hauteur de 0 à 5 % du montant versé.
Attention, certains contrats n’incluent pas de frais de versement mais certains supports inclus des frais de versements tels que les fonds immobilier (SCPI, OPCI, FIA) ou alternatifs (FIA, FCPR)

En conclusion, est-ce que ça vaut le coup ?

Pour faire fructifier son capital ou vous préparer à votre départ en retraite, l'assurance vie peut être un atout dans votre stratégie patrimoniale. Il permet de constituer un capital sur le long terme à son rythme et selon son profil de risque. Une rémunération bien plus intéressante que les autres produits garantie type livrets A qui n'offrent un rendement que de 0,50 % tout en étant plafonnés.
Une liberté dans le retrait du capital avec une fiscalité allégé au bout de quelques années qui permet de compléter ses revenus via des retraits régulier mais également de transformer le capitale en rente viagère dans un objectif de financer sa retraite.

Lire aussi : Classement assurance vie 2021

L’assurance vie reste le meilleur moyen de transmettre un capital à ses proches sans qu’ils aient le moindre centime d’euro à verser au fisc. La force du contrat d’assurance vie reste qu’il n’est pas inclus dans d’échapper, au moins en partie, à la rigueur des droits de succession. En effet, les bénéficiaires d’un contrat d’assurance vie qui ne sont ni le conjoint ni le partenaire de Pacs de l’assuré défunt, un abattement Jusqu’à 152.500 euros lorsque l’assuré a alimenté son contrat avant 70 ans. Pour les sommes versées après 70 ans, l’abattement unique de 30 500 € s’applique, quel que soit le nombre de bénéficiaires.

Dans le cas où le bénéficiaire du contrat est le conjoint ou partenaire de PACS, il ne sera redevable d’aucun droit de succession, même si vous avez alimenté votre contrat après 70 ans.

Vous êtes bien connexté Moments de vie
Bienvenue! Vous êtes connecté.
Super! Vous êtes inscrit.
Votre lien a expiré
Accéder à vos emails pour vous connecter grâce au lien envoyé